samedi 6 décembre 2008

Le Bio et l’environnement à Samui

A la naissance de Simon, je suis devenue une fervente consommatrice de Bio.

Je me suis convertie aux cosmétiques bio (et faits maison !), Simon a eu des couches lavables, j’ai banni tout produit d’entretien non naturel, lavant quasiment tout à la maison du linge au sol au savon noir, vinaigre blanc, bicarbonate et autres produits naturels et non polluants.

Notre alimentation a aussi changé.
Quand on se nourrit presque qu’en magasin bio, forcément, on change son alimentation.
Tout d’abord, on se calme sur les volumes, c’est plus cher, mais meilleur, on est donc plus vite rassasié, plus vite notre corps a sa « dose ».

Ensuite, on passe aux céréales complètes, on mange moins de viande, des légumes saints, du pain complet avec un goût extraordinaire.
Bref, en quelques mois, beaucoup de choses avaient changé et pour le mieux, je dois dire qu’aujourd’hui, c’est une des choses qui me manque le plus depuis notre départ.

Quelle est la situation du bio ici ? Inexistant ou presque !
Quels sont les engagements pour la planète ? Assez faibles en général.
Au supermarché, c’est la fête au sac plastique, les caissières mettent les produits dans des sacs et sont plus que généreuses !
Alors que le temps des plastiques à profusion est encore très proche en France, le sac réutilisable, cabas ou caddie sont (du moins à Paris, il me semble) tellement rentré dans les mœurs que rares sont ceux qui se retrouvent désormais démunis à la caisse dans le genre « Ah, oui, c’est vrai vous ne donnez plus de sac… ».

Ici, quand on demande à ne pas avoir de sac –c’est aussi plus pratique pour nous, nous sommes en scooter et mettons tout dans un sac à dos- d’abord, la caissière ne comprend pas et continue à enfourner tous les produits dans les sacs plastiques et quand enfin, elle comprend, elle pose la question à chaque article d’un air de dire « et celui-ci, je le mets ou non dans un plastique ? ».
Bref, nous sommes des fous !
J’arrive parfaitement à concevoir que les « locaux » ne soient pas franchement concernés ou sensibilisés (qui en France, ne se servaient pas des sacs de supermarché il y a 10 ans ?) mais le plus étrange pour moi est encore de constater qu’aucun étranger ne semble trouver cela choquant et semble même se « régaler » à avoir le droit ( !!) d’avoir de nouveau ces petites bombes polluantes.

Anecdotique me direz vous, mais cela résume pas mal la situation des positions pour l’environnement dans le pays.

Ah si ! tout de même, c’est presque ironique, mais Bangkok Airways, compagnie aérienne nationale s’est engagée pour « sauver la planète » !! Je ne sais pas, peut être utilisent il du carburant au colza mais en tous cas, ils ne servent pas de sandwiches au tofu ou de lait d’avoine ! et la clim tourne à fond dans leurs appareils !

Pour ce qui est du bio, idem, presque rien, à part 2 ou 3 produits dans les rayons de diététique ou de nutrition.
Par contre, au rayon légumes, à noter la présence de Future Farm, une marque d’agriculture raisonnée. Pas de pesticides, les engrais sont organiques, pas d’OGM.
D’autres marques aussi font du « sans pesticides » ce qui n’est déjà pas mal.

Quelle ne fut donc pas ma joie en découvrant au milieu de ce paysage bien triste une « pub » pour un magasin bio à Lamai, non loin de chez nous.
Ms Ta, habitante de l’île mange cru et bio depuis de nombreuses années.
Elle a ouvert une boutique il y a peu où elle vend de l’huile de coco extra vierge et bio (ici, ils ont la fâcheuse habitude d’extraire l’huile à chaud et de presser presser presser, appauvrissant la qualité de ladite huile), des pantalons en coton pur (j’attends d’avoir les explications entre cette appellation et celle de bio) ou en chanvre, quelques produits cosmétiques et alimentaires.

J’espère avoir des rapidement le temps (et les conditions climatiques favorables) pour aller la rencontrer et avoir quelques conseils de sa part.
Ms Ta organise également des cours de cuisine crue et des petites excursions « nature » dans des endroits peu fréquentés de l’île et des alentours, j’espère pouvoir avoir l’occasion d’y prendre part dès que de meilleurs jours seront arrivés.

Voilà donc, la situation que je juge désastreuse, environ 10 ans de retard sur la France, qui elle-même est déjà très en retard au regard du reste du monde, j’espère que tout comme pour les domaines technologiques, le pays saura rattraper le retard en moins de 10 ans !

Je vais essayer de mettre en pratique certaines de mes valeurs au club, du moins essayer de faire manger les enfants plus équilibré, d’utiliser le savon noir que mes parents doivent m’ammener pour faire le ménage et également trouver des méthodes plus naturelles que Baygon vert pour me débarrasser de ces suppôts de satan de fourmis !

3 commentaires:

Cha a dit…

Bonjour je pars bientot a Koh samui. Ou trouver l'huile de coco vierge? Merci

Cha a dit…

Bonjour je pars bientot a Koh samui. Ou trouver l'huile de coco vierge? Merci

Mayelly Sweet a dit…

http://www.thaiorganiclife.com/thai-raw-spa/